Extérieur Jungle

Vanessa FUKS

Tristan est un acteur, du moins il le croit. Il croit que le vide qui l’habite peut s’emplir de la vision d’un autre et rayonner au-delà de sa propre existence. C’était un rêve de gosse, ou peut-être le rêve d’une autre. Il avait voulu cette autre et la vie qui allait avec. Il avait voulu son nom en gros sur les affiches et cette femme si belle, si talentueuse à son bras. Il avait voulu et il avait tout eu. Pourtant tout avait disparu, comme un décor qu’on démonte à la fin d’un tournage.

 Il ne restait qu’un artiste en perdition, noyé dans son chagrin, incapable de travailler à nouveau.  Mais Tristan va rencontrer un autre artiste, un monstre du cinéma, quelqu’un qui fouille sans cesse le fond de l’abîme pour y trouver la vérité de l’art, quels que soient les risques ou les sacrifices… . Et tant pis si pour Tristan cette vision ressemble plus à un gouffre sans fond qu’à une aura. Après tout, qu’a-t-il à perdre, à part le peu de lui-même qui lui reste…


isbn   978 2 37912 003 9
152 pages
15€
Sortie 1er  mars 2019

 


Chroniques littéraires pour le plaisir :   Les chroniques de Lee Ham

Publié le

Chronique : Extérieur Jungle – Vanessa Fucks – 2019

Qui n’a pas connu une rupture douloureuse? Celle qui vous arrache le cœur, vous démolit l’âme et vous laisse hagard de douleur? Tristan traverse ce moment avec pénibilité et une bonne dose de plaisir à l’autodestruction. Cependant, il doit s’efforcer à reprendre sa vie en main s’il ne veut pas que sa vie professionnelle se termine dans le même état que sa vie privée.

Nous suivons le parcours d’un homme qui se noie dans sa douleur. D’un homme pris d’une douce folie destructrice et qui ne semble pas pouvoir remonter la pente. En a-t-il seulement envie? Peut-être qu’un voyage, un film à l’étranger, en compagnie d’un metteur en scène talentueux et complètement fou…

Extérieur jungle. Un euphémisme. Une folie des hommes. Une fin de non recevoir d’un artiste au bout de lui-même. D’un acteur  pris dans les rêtres d’un savant fou avec un clap pour arme. Mais pas que. Devrait-il aller au bout de la folie pour retrouver le goût de vivre? Aller au bout de la douleur pour se sentir renaître? Aura t-il ce sursaut de survie qui l’empêchera de plonger au fond de la détresse, du désespoir? Devra t-il subir l’extrême folie de l’humain pour enfin assainir sa douleur? L’existence est-elle en fonction de la reconnaissance mondiale? Ce qui est sûr c’est que le début sera la fin et peut-être que la fin sera renaissance.

Note 18/20